Association Internationale des Conseils économiques et sociaux et institutions similaires
  • Burkina Faso - Conseil Economique et Social
https://aicesis.org/components/com_jbusinessdirectory/assets/no_image.jpg

Burkina Faso - Conseil Economique et Social

40 Avenue de l´Indépendance, Ouagadougou, Centre Region, Kadiogo, Burkina Faso

Détails de l'entreprise

Institutional characteristics

1. Establishment

- Date of creation: 19/05/1959

- Year operational: 1959

- Nature of the texts that create the institution (Constitution, law, decree, etc.): 

Constitution

 

- Have any changes in recent years happened concerning the nature, membership, capacities of the Institution.

Depuis l’adoption de la Constitution du 02 juin 1991 et ses différentes révisions, qui l’institutionnalise comme une institution républicaine, le CES-BF n’a plus connu de changement ni dans sa nature, ni dans sa composition et attributions.

 

2. Mandate

Consultation and advisory ✅

Negotiation ☐

Both ☐

 

3. Mission and attributions

Le CES-BF est chargé de donner son avis sur les questions à caractère économique, social ou culturel portées à son examen par le Président du Faso ou le Gouvernement ;

Le CES-BF peut être consulté sur tout projet de plan ou programme à à caractère économique, social ou culturel ;

Le CES-BF peut également procéder à l’analyse de tout problème de développemnt économique et social. Il soumet ses conclusions au Président du Faso ou au Gouvernement ;

Le CES-BF peut désigner l’un de ses membres à la demande du Président du Faso ou du Gouvernement, pour exposer devant ces organes, l’avis du Conseil économique et social.

 

4. Composition :

- Number of members: 90 membres et un Président

- Duration of the term: 3 ans renouvelable

- Membership categories:

les représentants de l’Administration publique, le Patronat, le Syndicat, les Organisations de la société civile (OSC), les Organisations Non-Gouvernementales (ONG).

 

- Process of designating the members (election, nomination, by whom, etc.):

La nomination en qualité de Conseiller du CES est faite un décret du Président du Faso.

Les Conseillers sont désignés de la manière suivante:

  • Les représentants de l’administration sont désignés par leur Ministre;
  • Les représentants des autres organisations sont désignés selon les modalités propres de leur structure;
  • Dix (10) membres « Es-qualité » désignés par le Président du Faso.

 

5. Management organs

Presidium / Bureau / Cabinet / Other: Please specify role, composition, designation :

L’organe exécutif du CES est le Bureau composé de sept (07) membres dont : Un (01) Président, Quatre (04) Vice-Présidents; Deux (2) rapporteurs.

Les Vice-Présidents sont les Présidents des quatre (04) Commissions spécialisées de l’Institution. Hormis le Président, les autres membres du bureau sont choisis par vote en Assemblée Générale ou désignés par consensus pour une durée d’un (1) an renouvelable

 

Assembly General / Plenary session / Other: Please specify role, frequencies of meeting: 1 session buy two months

L’Assemblée générale est l’instance suprême de décision du Conseil. Elle se réunit deux fois par an en session ordinaire et chaque fois que de besoin en session extraordinaire sur convocation du Président du CES ou à la demande des 2/3 de ses membres.

Les sessions du CES se déroulent soit en plénière soit en Commissions. Les plénières se passent sous la conduite du Président du CES et les travaux en Commissions sous la direction des Vice-Présidents.

NB : les sessions du CES ne sont pas publiques.

 

General Secretariat: Please specify role, composition, designation:

Le Secrétariat général est assuré par les deux (02) rapporteurs du Bureau du CES. Les rapporteurs sont désignés par l’Assemblée générale lors de la mise en place de ses organes.

 

Concernant les sessions, le CES tient de façon statuaire deux (02) sessions ordinaires par an, mais peut organiser une ou plusieurs sessions extraordinaires par an.

Pour atteindre ses objectifs, le CES est appuyé par un personnel administratif opérant dans trois structures ( Cabinet, Secrétariat général, Observatoire économique et social).

1-Le Cabinet du Président, assiste et coordonne les activité du Président relatives au protocole, à la sécurité, aux déplacements, aux audiences, à la communication et aux relations publiques.

2-Le Secrétariat général. Le CES est assisté dans son fonctionnement par une administration qui a en charge toutes les activités administratives, techniques et financières et joue un rôle d’appui-conseil au Président et aux commissions techniques.

3-L’observatoire économique et social est un instrument d’appui au CES chargé entre autres de faire des études prospectives sur les questions économiques et sociales; évaluations des politiques et programmes de développement; Rapports publics du Conseil économiques et social.

 

6. Operational arrangement of the Permanent Secretariat

Yes ✅

No ☐

 

7. Gender balance (% of women)

Between 0% and 9% ☐

Equal or more than 10% ✅

Equal or more than 30% ☐

Equal or more than 50% ☐

 

8. Reporting Institution

Government ☐

Parliament ☐

Cabinet of President ✅

Cabinet of Prime Minister ✅

Ministry of Finance ☐

Ministry of Labour ☐

Ministry of Social Affairs ☐

Others (please specify):

 

9. Budget

Amount :

Between $0 and $249,000 ☐

Equal or more than $250,000 ☐

Equal or more than $500,000 ☐

Equal or more than $750,000 ✅

 

Budget de l’Etat du Burkina Faso

 

III. Organizational Structure

 

1. Committees/Sub-committees/working groups:

Le Conseil économique et social est composé de quatre Commissions spécialisées :

  • La Commission des affaires institutionnelles et de la bonne gouvernance (CAIBG);
  • La Commission du développement humain et de l’intégration sociale (CDHIS);
  • La Commission de la production et de soutien à la production (CPSP);
  • La Commission de l’orientation économique des finances et de la conjoncture (COEFC).

A ces commissions sont rattachées les structures opérationnelles de l’administration du CES qui sont :

  • Le Département des affaires institutionnelles et de la bonne gouvernance (DAIBG);
  • Le Département du développement humain et de l’intégration sociale (DDHIS);
  • Le Département de la production et de soutien à la production (DPSP);
  • Le Département de l’orientation économique des finances et de la conjoncture (DOEFC).

 

2. Is there in your country any institutions of social dialogue outside your institutions?

Il y a bien d’autres institutions de dialogue social

Nous avons entre autres:

  • Le Médiateur du Faso;
  • Le Haut Conseil du Dialogue Social (HCDS);
  • Le Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité Nationale (HCRUN).

 

IV. Functioning of the ESC

 

1. Who convenes the Institution?

Le President du CES

 

2. Has the Institution a legal right to issue own-initiative opinion? Yes.

oui

 

3.How are decisions taken inside the Institution

By vote ✅

By consensus ☐

 

4. What kind of payment do the Councillors receive: wage, compensation, other?

 

5. Is the Government obligated to follow the opinion issued by the Institution?

Pour le moment, au regard de la nature consultative de l’Institution, les avis et recommandations issus des travaux du CES n’ont pas un caractère obligatoire vis-à-vis du Gouvernement.

 

6. Is the Government obligated to report on the fate of the Institution opinions?

Nous répondons par l’affirmative, en ce sens que ces dernières années un comité de suivi des avis et recommandations a été mis en place au niveau de la Primature et qui est chargé de faire un feed-back concernant le niveau de mise en œuvre de ceux-ci.

 

7. Are there official publications of the Institution opinions?

Il existe plusieurs publications officielles des activités du CES. Il y a les actes des sessions, le journal «Le Conseiller», la production du rapport public annuel, le Journal officiel. Le Conseil dispose d’un service de documentation et des Publications qui en assure l’archivage.

 

8. Is the public opinion informed about the Institution works? How?

L’opinion publique est informée quant au déroulement de toute activité au sein de l’Institution. Les principaux canaux de diffusion de l’information sont les mass-médias (télévision, radio), les affiches publicitaires (banderoles notamment), les réseaux sociaux (Facebook)

 

9. What kind of relationship does the ESC have with civil society?

Part of the Institution ✅

Institutionalised relation ☐

Uninstitutionalised relation ☐

Collaboration ✅

Participation in the drafting of reports ☐

Nothing at all ☐

 

V.Main technical areas of competencies

 

Agriculture : ☐

Civil Society ☐

Corporate Social Responsibility ☐

Culture ☐

Education and Training ☐

Employment policy and labour market regulation ☐

Environmental Policy ☐

European Affairs ☐

Financial and Economic Policies ☐

Fiscal and Taxation Policies ☐

Fundamental principles and rights at work ☐

Gender equality and anti-discrimination ☐

Governance ☐

Health and Medical Policy ☐

Infrastructure, Transport, and Energy Policies ☐

International affairs ☐

Labour Law reform ☐

Legal Affairs ☐

Productivity and competitiveness ☐

Science, Technology and Innovation Strategy and Industrial Policy ☐

Social Affairs ☐

Social Dialogue and Tripartism ☐

Industrial relations and Collective bargaining ☐

Dispute prevention and resolution ☐

Social Security and Social Protection ☐

Sustainable Development Goals (SDGs) ☐s

Territorial Management ☐

Workplace compliance and working conditions ☐

Youth Employment ☐

Other :

VI. Brief description of major results obtained by your Institution in the last 3 years

Please give examples (Recommendations issued, Reports, Collective Agreements concluded, Conflict prevention and social peace obtained, National policies or legal frameworks including recommendations, Reform of your institution) and attached relevant documents

Au cours de ces trois (03) dernières années le Conseil économique et social s’est intéressé à l’étude de diverses thématiques d’actualité et de pertinence avérée. Il s’agit des thèmes suivants :

1. Protection et promotion des personnes âgées au Burkina Faso : quelles stratégies pour une vieillesse plus sécurisée et contributive ? (Première session 2019) ;

2. Utilisation des technologies de l’information et de la communication et valeurs sociales au Burkina Faso : quelles stratégies pour une jeunesse et une citoyenneté responsable ? (Forum juillet 2019) ;

3. Utilisation des produits chimiques dans l’Agriculture au Burkina Faso : quels impacts sur la santé, l’environnement et le développement des filières de production ? (Deuxième session 2019) ;

4. Economie numérique : réalités et perspectives au Burkina Faso. (Rapport public 2019)

5. Gestion de la crise humanitaire dans le contexte d’insécurité au Burkina Faso : Quelles stratégies pour une meilleure résilience des personnes déplacées internes ? (Première session 2020) ;

6. Stratégie de mobilisation des ressources endogènes pour un développement durable du Burkina Faso : état des lieux, défis et perspectives (Deuxième session 2020) ;

7. Diversité culturelle et développement durable au Burkina Faso : état des lieux, défis et perspectives (Forum juillet 2020) ;

8. Mécanismes de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme en zone UEMOA : cas du Burkina Faso (Rapport public 2020) ;

9. Session extraordinaire du Conseil Economique et Social (CES) consacrée à l’examen du « Projet de Référentiel national de développement (RND) 2021-2025 » (31 mai au 2 juin 2021) ;

10. La problématique de la gestion actuelle des terres au Burkina Faso : quelles solutions pour un développement durable ? (Première session ordinaire de l’année 2021,) ;

11. Session extraordinaire consacrée à l’installation du Président et des membres du Conseil économique et social (21 octobre au 04 novembre 2021) ;

12. Crises universitaires au Burkina Faso : Causes, impacts, gestion et prévention (Forum novembre 2021) ;

13. Accroissement substantiel et durable des productions agricoles irriguées : quelles stratégies pour assurer une disponibilité et une exploitation efficace des eaux aux Burkina Faso ? (Deuxième session ordinaire de l’année 2021).

RECOMMANDATIONS

2019

1ère session, thème : Protection et promotion des personnes âgées au Burkina Faso : quelles stratégies pour une vieillesse plus sécurisée et contributive ?

Améliorer la prise en charge sanitaire des personnes âgées.

Le CES recommande une prise en charge sanitaire adéquate des personnes âgées par :

  • La gratuité des soins au profit des personnes âgées ;
  • La promotion de Centres de gériatrie et le renforcement des unités sanitaires de base pour la prise en charge des personnes âgées;
  • La formation et le renforcement des compétences des professionnels de la santé pour l’animation des services de gériatrie dans les formations sanitaires.
  • Revaloriser les pensions de la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et de la caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO)
  • Institutionnaliser un forum national des personnes âgées tous les trois (03) ans
  • Ratifier le protocole à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits des personnes âgées

 

2e session, thème : Utilisation des produits chimiques dans l’Agriculture au Burkina Faso : quels impacts sur la santé, l’environnement et le développement des filières de production ?

Recommandations

  • Mettre en place une structure nationale chargée de la coordination des actions de tous les acteurs intervenant dans la gestion des produits chimiques
  • Renforcer les capacités des acteurs sur la bonne utilisation des pesticides et sur l’adoption des méthodes alternatives
  • Renforcer la surveillance et le contrôle de l’importation, du transport, du stockage, de la distribution et de l’utilisation des produits chimiques en élevage
  • Mettre en place un système d’appui-conseil de proximité adéquat pour les utilisateurs des produits chimiques dans l’agriculture, l’élevage et les forêts

 

Forum, thème : Utilisation des technologies de l’information et de la communication et valeurs sociales au Burkina Faso : quelles stratégies pour une jeunesse et une citoyenneté responsable ?

Recommandations

  • élaborer un Code de la presse et du numérique ;
  • créer une institution publique indépendante dotée de la personnalité juridique et de l’autonomie financière qui aura en charge la régulation du secteur convergé des TIC ;
  • renforcer les activités de sensibilisation et la formation à l’usage des TIC ;
  • former et spécialiser des magistrats sur les questions liées au TIC ;
  • sensibiliser les populations sur leur droit d’accès à la justice en cas de violation de leur vie privée ;

 

Rapport Public,thème : Economie numérique : réalités et perspectives au Burkina Faso.

Recommandations relatives aux cadres juridique et institutionnel :

  • mettre en cohérence le cadre normatif de régulation et veiller à son effectivité ;
  • adopter une loi spécifique portant protection du consommateur des TIC ;
  • adopter des textes pour encadrer l’installation des antennes des opérateurs de téléphonie mobile ;
  • adopter un Code qui regroupe tous les textes juridiques régissant l’économie numérique ;
  • renforcer la lutte contre la cybercriminalité.

 

Recommandations relatives aux infrastructures numériques

  • mettre en œuvre les dispositions préconisées par le Schéma directeur d’aménagement numérique (SDAN) notamment la mutualisation des réseaux de fibre optique entre opérateurs privés ;
  • utiliser les fonds d’accès au service universel pour combler les zones délaissées par les opérateurs et réduire ainsi la fracture numérique à l’intérieur du pays.

 

Recommandations relatives aux plateformes numériques

  • créer un environnement de confiance numérique, garant d’une large appropriation des usages et services numériques par l’ensemble des acteurs et de la société burkinabè ;
  • développer à court terme un intranet gouvernemental en réalisant une extension du RESINA (ou la création d’un nouveau réseau) pour relier toutes les structures des collectivités territoriales et des services déconcentrés de l’Etat (les hôpitaux, les écoles, etc.) ;
  • assurer le déploiement d’infrastructures large bande (haut débit) de qualité sur l’ensemble du pays, support indispensable au développement de l’e-gov au sein des administrations publiques.

 

Recommandations relatives aux « services financiers numériques »

  • accorder un rôle stratégique aux établissements de monnaie électronique dans la stratégie et les programmes d’inclusion financière. La relative bonne couverture du territoire par les points de service (orange money, mobicash, Yup) fait que ces établissements constituent un atout pour l’offre de services financiers aux personnes traditionnellement exclues du système financier;
  • accorder une attention particulière aux « fintechs » dans le financement de l’entrepreneuriat numérique car les fintechs ont le meilleur potentiel pour assurer le « last mile » en matière d’accès aux services financiers par les populations et donc d’inclusion financière;
  • réduire le coût des communications
    •  

      2020

      1ère session, thème : Gestion de la crise humanitaire dans le contexte d’insécurité au Burkina Faso : Quelles stratégies pour une meilleure résilience des personnes déplacées internes ?

      Recommandations

      • Faire une mobilisation nationale autour de la question des personnes déplacées internes
      • Renforcer le cadre juridique national de protection et de gestion des personnes déplacées internes
      • Mettre en place un programme multisectoriel pour accompagner la réinsertion des PDI
      • Pérenniser la sécurité dans les zones reconquises
      • Sensibiliser les populations pour développer les réflexes sécuritaires

       

      2ème Session ordinaire, thème : Stratégie de mobilisation des ressources endogènes pour un développement durable du Burkina Faso : état des lieux, défis et perspectives

      Recommandations

      • Systématiser l’évaluation a priori et a posteriori des niches fiscales
      • Construire un cadastre exhaustif, systématique, informatisé et actualisé
      • Instituer un quitus fiscal pour les postes électifs, les hautes fonctions de l’état et des organisations professionnelles
      • Construire un système intégré rigoureux et efficace de contrôle de la production minière
      • Élaborer une stratégie de programme budgétaire « mobilisation des ressources »

       

      Forum, thème : Diversité culturelle et développement durable au Burkina Faso : état des lieux, défis et perspectives

      Recommandations

      • Accroître le financement public au profit du secteur de la culture et allouer 1% du budget national au ministère en charge de la culture et du tourisme d’ici à 2025
      • Renforcer les capacités managériales et professionnelles des acteurs culturels en vue d’améliorer la qualité de leur production
      • Poursuivre la construction et l’équipement des salles multifonctionnelles et les centres culturels au profit de chaque région, province et commune
      • Évaluer les effets induits du secteur culturel dans les autres secteurs de l’économie
      • Dynamiser la coopération culturelle tant au niveau bilatéral que multilatéral

       

      Rapport public, thème : Mécanismes de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme en zone UEMOA : cas du Burkina Faso

      Recommandations sur le cadre juridique

      • Rendre obligatoire les poursuites en cas de suspicions de BC/FT sur la base des rapports de la CENTIF et autres organes administratifs impliqués dans la lutte ;
      • Rattacher à la compétence du pôle anti-terroriste la répression de la criminalité transnationale organisée ;
      • Travailler à uniformiser l'interprétation des textes portant création des pôles judiciaires spécialisés ;
      • Adapter le dispositif de LBC/FT à la réalité économique du Burkina Faso ;
      • Renforcer les mécanismes de contrôles des assujettis, notamment ceux des professions libérales telles que les avocats, les notaires, les huissiers de justice, les experts comptables, etc.
      • Mettre en œuvre de façon effective les techniques spéciales d’enquêtes.

       

      Recommandations sur le cadre institutionnel

      • Créer un cadre de concertation et de coopération entre les acteurs impliqués directement dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme,
      • Désigner les autorités chargées du contrôle de l’application des exigences de LBC/FT au niveau des EPNFD qui sont dotées de pouvoirs suffisants de contrôle et de sanctions

       

      2021

      1ère Session, thème : « La problématique de la gestion actuelle des terres au Burkina Faso : Quelles solutions pour un développement durable »

      Recommandations

      • Réviser la loi n°057-2008/AN du 20 novembre 2008 portant promotion immobilière au Burkina Faso ;
      • Mettre en place une autorité de régulation en matière de gestion du foncier et de l’immobilier ;
      • Instituer une taxe sur les superficies non exploitées en zone rurale depuis plus de 5 ans dans le cadre de l’agro business

       

      2e session, thème : Accroissement substantiel et durable des productions agricoles irriguées : quelles stratégies pour assurer une disponibilité et une exploitation efficiente des eaux au Burkina Faso ?

      Recommandations

      • Instaurer une gouvernance vertueuse des aménagements hydrauliques dans la conception, la réalisation et l’exploitation à travers le renforcement du dialogue de gestion et la synergie d’actions entre les acteurs.
      • Diligenter l’audit des périmètres aménagés pour leur mise en valeur efficiente.
      • Mobiliser et inciter les investisseurs privés en vue accroître le financement de la recherche scientifique dans la réalisation des infrastructures et équipements hydro-agricoles.
      • Mettre en place des chambres froides de grande capacité dans les régions à fort potentiel pour la conservation des produits issus de la production agricole irriguée.
      • Créer des écoles nationales d’ingénieurs, de lycées techniques, de centres de formation professionnelle en hydraulique.

       

      Forum, thème : Crises universitaires au Burkina Faso : Causes, impacts, gestion et prévention

      Recommandations

      • Revoir à la hausse les frais d’inscription des étudiants dans les universités publiques en concertation avec les différents acteurs
      • Renforcer les capacités des organisations de promotion du dialogue comme le CES, le HCDS, etc. en vue d’une meilleure prévention des crises et d’une gestion responsable des revendications
      • Dynamiser les cadres de dialogues existants au sein des universités publiques et des institutions supérieures de recherche
      • Augmenter le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche à la hauteur des ambitions politiques et pédagogiques
      • Initier des actions de mobilisation des ressources propres des universités publiques
      • Mettre en place une infrastructure de connexion internet de haut débit dans toutes les universités publiques pour assurer les activités pédagogiques et académiques
      • Renforcer la collaboration entre les universités publiques et leurs différents partenaires nationaux et internationaux en vue de consolider la coopération pédagogique interuniversitaires
      • Former les enseignants chercheurs aux nouvelles méthodes pédagogiques d’enseignement et d’évaluation des connaissances
      • Améliorer les œuvres sociales universitaires dans leur ensemble suite à des concertations des parties prenantes en tenant compte du niveau de la vie
      • Revoir de manière concertée avec les syndicats d’enseignants chercheurs l’arrêté conjoint N°2021-341/MESRSI/MINEFID du 27 septembre 2021, portant réglementation des taux de prise en charge afférente aux actes de la vie universitaire et des commissions ad hoc dans les IESR, au CNRST et au CENOU

       

       

      Affiliation

       -Union des Conseils Economiques et Sociaux et Institutions Similaires des Etats et Gouvernements membres de la Francophonie (UCESIF );

      -Union des Conseils Economiques et Sociaux d’Afrique (UCESA);

      -Association Internationale des Conseils Économiques et Sociaux et Institutions Similaires (AICESIS)

       

      Emplacement de la carte

      Indications routières
      company map
      40 Avenue de l´Indépendance, Ouagadougou, Centre Region, Kadiogo, Burkina Faso

      Personnes de contact

      Président
      Bonaventure D. OUEDRAOGO (+)
      Secrétaire Général
      Jean-Baptiste ZOUNGRANA (+)

      MISSIONS

      ORGANISATION

      MEMBRES

      ACTUALITÉS

      ACTIVITÉS

      PUBLICATIONS

       

      AUTRES ORGANISATIONS

       

       ecosoc ilo  

       

      Contact

       

      fb  twitter