Association Internationale des Conseils économiques et sociaux et institutions similaires

Unir nos forces pour surmonter les inégalités numériques

La Chambre civique de la Fédération de Russie a tenu une session de discussion des pays membres de l'AICESIS.

Le 25 mai, une table ronde sur « L'inégalité numérique en tant que facteur entravant le développement de la société » s'est tenue à la Chambre civique de la Fédération de Russie dans le cadre de la préparation du rapport final sur la présidence actuelle de la Chambre civique au sein de l'Association internationale des et les Conseils sociaux et institutions assimilées (AICESIS).

 

 

 

Les participants à la réunion se sont réunis pour discuter des problèmes d'accès aux services Internet et de communication Internet dans différents pays. Pour la plupart d'entre eux, les questions pertinentes restent les suivantes : la littératie et l'hygiène numériques de la population, l'impact de la pandémie de COVID-19 sur la transition des entreprises et des services publics vers l'espace en ligne et les problèmes d'accès et d'obtention de services via le L'Internet.

 

La réunion a été ouverte par Olga Golyshenkova, vice-présidente de la Commission de la Chambre civique de la Fédération de Russie sur l'économie et le développement de la responsabilité sociale des entreprises. Elle a remercié les représentants des pays membres de l'AICESIS pour leur volonté de travailler ensemble.

aicesis-russia-joining-forces-to-overcome-digital-inequality

 

La réunion a été ouverte par Olga Golyshenkova, vice-présidente de la Commission de la Chambre civique de la Fédération de Russie sur l'économie et le développement de la responsabilité sociale des entreprises. Elle a remercié les représentants des pays membres de l'AICESIS pour leur volonté de travailler ensemble.

« Une grande partie de la population mondiale est encore coupée des avantages des technologies numériques. Notre tâche est d'unir nos forces et de partager des expériences et des pratiques spécifiques pour aider à résoudre ces problèmes. L'AICESIS peut et doit servir à renforcer la compréhension et l'intégration dans le monde, et à comprendre comment nous pouvons être utiles les uns aux autres. Je voudrais que tous les participants de l'AICESIS se rendent compte que sur cette plateforme, nous travaillons pour le bien de toute l'humanité et de tous les pays », a-t-elle déclaré.

 

Elena Vartanova, doyenne de la faculté de journalisme de l'Université d'État Lomonossov de Moscou, a déclaré qu'il existe plusieurs niveaux d'inégalité numérique qui peuvent être surmontés, entre autres, en développant des compétences et des compétences numériques. Ce n'est que grâce à l'éducation numérique que la société pourra atteindre un niveau où elle pourra bénéficier de l'utilisation des technologies de télécommunication. Elle a déclaré que le plus haut niveau de compétence dans ce domaine est la compréhension des utilisateurs du fonctionnement des algorithmes et des systèmes algorithmiques sur Internet.

 

Anna Gladkova, chercheuse principale à la faculté de journalisme de l'Université d'État Lomonosov de Moscou et directrice de l'Association internationale pour la recherche sur les médias et la communication (IAMCR Digital Divide Working Group), a présenté un modèle de passeport numérique régional qui aiderait à lutter contre les inégalités numériques. .

« Le passeport numérique doit comprendre et intégrer la saturation numérique et l'alphabétisation de la région, la préparation et la disponibilité de la structure juridique, ainsi que les données nationales et démographiques. Le passeport aidera à mesurer et à ajuster la culture numérique de la région, et à trouver des vulnérabilités et des points de croissance », a-t-elle expliqué.

 

Alexey Maltsev, vice-président pour la gestion de projet intégrée de Rostelecom, a parlé de la composante technologique de l'inégalité numérique et de l'expérience de coopération de Rostelecom avec l'État pour équiper les petites communautés de 100 à 500 habitants de communications par fibre optique. Il a dit que le programme a commencé en 2014, s'est achevé en 2021, mais sur la base de ses résultats, l'entreprise a décidé de poursuivre le projet car il était devenu clair au cours des travaux que ces communautés avaient de sérieux problèmes d'accès aux communications mobiles.

 

Raul Henriquez, directeur et secrétaire général du Conseil économique et social de Curaçao, a décrit comment l'inégalité numérique est traitée en Amérique latine, où l'écart d'accès aux services entre les zones urbaines et rurales est très important. Pour résoudre ce problème, Curaçao a lancé le projet de transformation numérique. Jusqu'à présent, un réseau de points d'accès publics à Internet a été mis en place dans les zones rurales.

Raul Henriquez a souligné qu'il est particulièrement important pour les pays d'Amérique latine de fournir un accès Internet aux étudiants de la région, car cela a un impact majeur sur la qualité de l'éducation.
« L'accès à Internet est aussi important que l'accès à l'eau, à l'électricité, au gaz. Cela a été particulièrement évident pendant la pandémie », a souligné Raul Henriquez.

 

Le représentant de l'Algérie, Mohammed Chakib Skander, a évoqué la formation d'un environnement Web 3.0, qui devrait donner des droits égaux à tous les participants et lancer ainsi le processus de décentralisation de la richesse numérique. Cependant, la participation à cet environnement requiert de nouvelles compétences de la part des consommateurs, ce qui pose à nouveau la question de l'éducation numérique. Les spécialistes algériens suivent de près l'activité de la Russie dans le domaine du développement numérique, l'utilisant comme guide et suivant les meilleures pratiques, a déclaré l'orateur.
"Il me semble que la Russie devrait être intéressée à développer et à participer au Web 3.0 et à devenir un leader dans cet espace", a conclu Mohammed Chakib Skander.

 

Mohammed Ghanashi, représentant d'une société de télécommunications algérienne, a évoqué l'expérience de la création de réseaux Internet à haut débit en Algérie. « Nous avons ouvert un service unique qui relie toutes les entreprises de télécommunications parce que nous nous soucions du confort du consommateur. C'est l'un des éléments de la justice technologique », a-t-il noté.

 

Concluant la discussion, Apostolos Xyrafis, secrétaire général de l'Association, a noté que les problèmes soulevés affectent l'ensemble de la population de la planète et que leur solution nécessite davantage de ressources, de compétences et d'investissements. Il espère que le bon sens prévaudra dans la lutte contre les inégalités numériques et permettra aux pays de coordonner leurs efforts.

Une délégation de la Chambre civique russe à la re...

MISSIONS

ORGANISATION

MEMBRES

ACTUALITÉS

ACTIVITÉS

PUBLICATIONS

 

AUTRES ORGANISATIONS

 

 ecosoc ilo  

 

Contact

 

fb  twitter